La Normandie, terre de Paix et de Liberté, c'est l'évidence. Et cette évidence ne date pas de 1944. Comme nous l'avons ici développé plusieurs fois, cette évidence est séculaire. C'est même le fondement d'une civilisation normande ou "anglo-normande" au tournant du XIIe siècle et qui fut l'une des matrices de notre civilisation occidentale...

RAPPELS ICI :

  • La Normandie séculaire de la Paix, du Droit et de la Justice:

http://normandie.canalblog.com/archives/2017/03/07/35019702.html

  • 1944 / 2016 La Normandie, fille aînée de la Paix, appel pour une solidarité des villes normandes avec Alep:

http://normandie.canalblog.com/archives/2016/09/28/34374880.html

  • ROUEN 13 novembre 2016: la Normandie fille aînée de la Paix.

http://normandie.canalblog.com/archives/2016/11/12/34554826.html

  • COLLOQUE annulé: Syrie, à quand la Paix? A Caen?

http://normandie.canalblog.com/archives/2016/11/19/34585681.html

  • CATHEDRALE de ROUEN: jeudi 8 septembre 2016, consécration de l'unité normande.

http://normandie.canalblog.com/archives/2016/09/06/34289289.html

  • Saint Etienne du ROUVRAY: après la violence de la profanation, le Primat de Normandie rétablit de la Paix

http://normandie.canalblog.com/archives/2016/10/03/34395188.html

  • 70ème anniversaire du Débarqument de 1944: La Normandie est un monument national élevé pour la Paix et la Liberté.

("La Normandie, tête de pont de la démocratie")

http://normandie.canalblog.com/archives/2014/06/09/30039038.html


 

Lire ci-après, la présentation de l'événement par la feuille d'informations Normandie XXL:

http://www.normandiexxl.com/article.php?id=2056

23 et 24 mars 2017 la « couturière » de la Paix à Caen avec « Les journées Normandie pour la Paix »

image_module6281

Dernière mise à jour 14/03/2017

Collectivités. Au programme des grandes lignes d’action de la Région, Hervé Morin avait annoncé son souhait de créer une sorte de Davos de la Paix car s’il est une région de France qui a bien à voir avec ce sujet c’est la nôtre comme en attestent par exemple encore les plages du Débarquement ou les 2 millions de touristes attirés par les sites mémoriels qui viennent chaque année en Normandie.

Un projet lourd à mettre en place dont 2017 sera la préfiguration, c’est pour cela que nous parlons de « couturière » c'est-à-dire, au théâtre, l’ultime répétition où se font les réglages des costumes.

La paix n’a jamais paru aussi fragile que maintenant ces deux dernières années la situation mondiale s’est dégradée un peu partout avec une Corée du Nord belliqueuse, une Russie qui joue une partition que l’Europe n’accepte pas, des Etats-Unis qui ne veulent plus payer pour protéger les Européens et un terrorisme qui règne désormais à l’état endémique. Les Nations-Unies, organisme officiel de maintien de la paix dans le monde, ne sont guère qu’un grand corps atteint par la sclérose de ses règlements. « La paix n’a plus de lieu dans le monde et il faut montrer ce qu’on peut faire individuellement et collectivement pour elle » affirme François-Xavier Priollaud vice-président du Conseil Régional. L’ambition du président Morin est grande, en 2018 ce seront des chefs d’Etat qui devraient être là  et il a déjà sollicité Barack Obama puisqu’il est prix Nobel de la Paix. « Une telle manifestation signifie qu’on parlera partout dans le monde de la Normandie non seulement pendant la semaine du déroulement de l’évènement mais tout au long de l’année » insiste celui qui se bat pour l’attractivité.

François Xavier Priollaud et Hervé Morin lors de la présentation de

Une manifestation ouverte à tous avec des intervenants de référence

La rencontre se déroulera dans la cour de l’Abbaye aux Dames où un amphithéâtre temporaire sera installé avec traductions simultanées car la paix est multilingue. Pour participer il faut et il suffit de s’inscrire sur http://evenements.normandie.fr/normandie-pour-la-paix.

Les intervenants représentent une grande diversité d’approches du sujet. La première demi-journée, l’après midi du 23 mars fait la part belle à la réflexion institutionnelle avec Guy Verhofstadt, du Parlement européen auteur de l’ouvrage Le Mal européen, philosophique avec Michel Onfray un Normand qui a constamment combattu la violence et la guerre, Sophie Poirey la spécialiste du droit normand mais aussi avec une approche terrain de la guerre puisque le journaliste Thomas Friedman, 3 fois prix Pulitzer, interviendra, lui qui a couvert les conflits au Liban et en Israël.

La 2e partie de l’après-midi sera consacrée à la Tunisie avec laquelle la Normandie vient de signer des accords pour favoriser son développement économique. Elle est le seul pays où le printemps arabe a réussi à favoriser l’avancement de la démocratie. On retrouve, bien entendu, les trois prix Nobel de la paix : Abd Abdessattar Ben Moussa, Maitre Mohamed Fadhel Mahfoudh, M. Hassine Abassi

Vendredi 24 mars : les multiples chemins de la paix

Après une réflexion sur la réconciliation apportée par le philosophe Pascal Bruckner, le directeur de Courrier International demande à ses invités Y a-t-il encore un pilote dans le monde avec Frédéric Encel qui a créé les rencontres internationales de géopolitiques de Trouville-sur-mer, Nicole Gnesotto qui a contribué au livre Où va le monde, Bernard Kouchner ancien ministre des affaires étrangères et le directeur de Dojd TV une chaîne d’information privée russe.

La douloureuse question Que reste t il des printemps arabes ? sera traitée par un diplomate algérien Lakdar Brahimi, par un politologue libanais Ghassan Salamé et par le fondateur des cahiers de l’Orient Antoine Sfeir. La Turquie sera présente avec le journaliste Ahmet Insel professeur émérite en Turquie et Vice-Président de Paris 1 Sorbonne (1994 – 1999) auteur d’un livre sur Erdogan.

Les tensions du Moyen Orient rechercheront leurs sources avec les leçons du procès d’Oslo dont Yossi Beilin, député à la Knesset a été un des négociateurs des Accords d’Oslo.

On se demandera aussi ce qu’il est en est du maintien de la paix et du maintien de l’Europe, une paix qu’il faut sans doute repenser en faisant appel aussi bien à l’écrivain (Jean-Claude Carrière), au psychothérapeute (Thomas d’Ansembourg) à ceux qui sont déjà engagés dans le combat Ofer Bronchtein (Forum International pour la paix) Bénédicte Jeannerod (Humal Rights Watch).

On terminera un peu dans le rêve avec le projet Imagine de Frédérique Bedos qui réalise des films pour inventer une autre façon d’être au monde.

François Xavier Priollaud devant l'affiche à l'Abbaye aux Dames de Caen

Ce projet de transformer la Normandie en messagère de la Paix s’appuie sur un Comité scientifique composé de personnalités de référence, issues d’horizons divers :

Philippe Augier est un homme politique français, maire de Deauville. Il est également président de la Mission Attractivité de Normandie. Il a notamment présidé le groupe centriste du conseil régional de Basse-Normandie, de 2010 à 2015.

Frédérique Bedos a fondé en 2010 l’association Le Projet Imagine. Cette ONG produit des films dont le but est de sensibiliser aux trésors cachés de notre monde.

Jacques Belin est le président du Pôle TES et du Centre international de Deauville. Familier des thématiques de paix, il a dirigé le Mémorial de Caen entre 1988 et 2005.

Joachim Bitterlich est un ancien diplomate allemand. Il a notamment représenté l’Allemagne au siège de l’OTAN à Bruxelles. Il a également publié de nombreux articles sur les questions de politiques européennes.

Thierry Chopin est politologue, directeur des études de la Fondation Robert Schuman et expert associé au Centre de Recherches Internationales (CERI). Il intervient à la London School of Economics.

Fatiha Dazi Héni est responsable du programme « Politique de sécurité et de défense des monarchies de la péninsule arabique » à l’Institut de recherche stratégique de l’Ecole Militaire (IRSEM).

Stéphane Grimaldi est le directeur du Mémorial de Caen, après avoir été directeur de la communication à l’Agence française pour les investissements internationaux entre 2003 et 2006.

Bernard Guetta est journaliste, spécialiste des questions internationales. Après une carrière de correspondant à l’étranger dans les plus grands titres de presse français, il tient une chronique quotidienne sur France Inter.

François Heisbourg est président de l’International Institute for Strategic Studies de Londres. Spécialiste des questions de Défense, il a été auteur en 2016 de « Comment perdre la guerre contre le terrorisme ».

Thomas Hippler est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Caen Normandie. Il a notamment publié l’ouvrage « Paradoxes of Peace in Nineteenth Century Europe » en collaboration avec Milos Vec.

Dominique Moïsi est conseiller spécial à l’Institut français de relations internationales. Il est spécialiste des questions moyen-orientales. Il a notamment enseigné à l’Université d’Harvard.

Michel Onfray est un philosophe français. Normand d’origine, il a créé l’Université populaire de Caen. Il publie en 2017 un nouvel ouvrage intitulé « Décadence ».

Patricia Oster Stierle est présidente de l’Université franco-allemande. Elle est également titulaire d’une chaire de littérature française à l’Université de la Sarre, en Allemagne.

Sophie Poirey est maître de conférences à l’Université de Caen Normandie en histoire du droit, spécialiste du droit coutumier normand, toujours en vigueur dans les Îles anglo-normandes.

Antoine Sfeir, politologue et journaliste spécialisé sur les questions moyen-orientales, est directeur des Cahiers de l’Orient. Il préside également le Centre d'études et de réflexion sur le Proche-Orient.


 

Voir aussi l'annonce qui a été publiée dans le dernier numéro du Nouvel Observateur, partenaire de l'opération:

img087

img088